Contrôle technique : ce qui va changer à compter du 20 mai

Ces changements font suite à la transposition d’une directive européenne d’avril 2014, relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteur et de leur remorques. Le nombre de points de contrôle à vérifier sera désormais de 133, contre 123 jusqu’à présent.

En outre, un troisième niveau de défaillance sera introduit. Aux défaillances mineures, sans conséquences directes, et majeures, avec obligation de contre-visite, s’ajoutent désormais les défaillances critiques. Ces dernières impliquent d’effectuer les réparations nécessaires dans les 24 heures suivant le contrôle du véhicule. Par ailleurs, ces changements feront passer le nombre de défaillances potentielles à environ 600, contre près de 460 aujourd’hui.

La périodicité du contrôle technique reste cependant inchangée. Le contrôle concerne toujours les véhicules particuliers de plus de 4 ans et doit ensuite être effectué tous les deux ans. L’absence de contrôle technique est passible d’une amende de 135 euros. En cas de contrôle des forces de l’ordre, la carte grise du véhicule peut être retenue et le contrôle technique devra alors être effectué dans un délai de 7 jours.

 

in commodo ut Phasellus Praesent justo mattis at