Signature de la convention d’étude entre la commune et le CAUE

Version PDF

photo 8

C’est aux cotés de Fabien LORNE Président du CAUE, de Christine MARCHAND, Anthony TRIFAUT, Patrick BOURIGAULT, Jacques PETIT, adjoints que Paul GLINCHE a présenté les orientations de l’étude communale qui sera menée en collaboration avec le Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement. La signature officielle de la convention a eu lieu le mardi 6 décembre dernier.

L’objectif de ce partenariat ? « Permettre d’accompagner la commune dans sa réflexion d’aménagement en s’appuyant sur une équipe pluridisciplinaire architectes, paysagistes et urbanistes » souligne Anthony TRIFAUT.

Contacts élus référents:

Anthony TRIFAUT. Tél. 06 08 75 69 41,
Maire-adjoint en charge de la Proximité, anthonytrifaut@gmail.com

Christine MARCHAND. Tél. 06 75 37 02 42,
Maire-adjoint en charge des Finances, de l’économie, cmd.marchand@gmail.com,

Présentation des CAUE

Institués par la loi du 3 janvier 1977 sur l’architecture, les Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement ont pour objet de « promouvoir sur le plan local la qualité de l’architecture et de son environnement ».

La loi du 13 décembre 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU), vient renforcer leur rôle d’acteur de l’urbanisme. Les CAUE développent leur mission de service public à travers l’information, la sensibilisation mais aussi le conseil et la formation.

Dans le cadre de la Décentralisation, les CAUE jouent un rôle irremplaçable de conseils indé­pendants, hors secteur marchand et s’attachent à rassembler tous les partenaires autour des exigences de qualité de vie et de dynamique du développement local.

4 principes fondamentaux

Les CAUE s’engagent à fonder leurs actions sur :

– l’indépendance par rapport aux enjeux, notamment financiers,

– la recherche d’innovation dans les méthodes et les démarches,

– la pluridisciplinarité dans l’approche, l’analyse et le traitement des problèmes,

– la volonté d’animer un partenariat entre tous les acteurs de l’aménagement des territoires,

l’Association

Le CAUE de la Sarthe est une association départementale de loi 1901 mise en place par le Conseil général en janvier 1979 dans le cadre de l’application de la loi sur l’architecture.

Son statut en fait un organisme autonome, financé par la Taxe d’Aménagement (part CAUE), par les participations des communes ou de leurs groupements, par les cotisations des adhé­rents ainsi que par des contributions diverses, publiques ou privées.

Le CAUE mène avec les collectivités qui le souhaitent des actions concertées pouvant être formalisées par des conventions d’objectifs, celles-ci ne correspondent ni à un acte de commerce, ni à la vente de prestations, l’activité du CAUE étant d’intérêt public et à but non lucratif. La contribution financière convenue au titre de la convention n’est pas une rémunération mais une participation volontaire de la collectivité contractante à l’activité générale de service public qu’assure le CAUE.

Il est présidé par Monsieur Fabien LORNE, vice-président du Conseil général de la Sarthe.

Les conseils et l’accompagnement aux collectivités

Le CAUE de la Sarthe, interlocuteur privilégié des communes et communautés de communes

Les chargés d’études du CAUE, architectes, paysagistes et urbanistes, conseillent le plus en amont possible les collectivités territoriales. Les demandes variées portent sur la réalisation d’équipements collectifs (salle polyvalente, bibliothèque, mairie, école, gymnase…), l’aména­gement d’espaces publics (entrée ou traversée de bourg, place, parc…), les projets d’urbanisme (SCOT, PLU, ZAC, étude urbaine…). Par ailleurs, le CAUE accompagne régulièrement les com­munes dans la procédure de sélection des équipes de maîtrise d’oeuvre.

Les porteurs de projets (collectivités, administrations, bailleurs sociaux…) peuvent consulter le CAUE sur tout projet d’architecture, d’urbanisme, d’environnement ou de paysage.

A quoi sert une étude communale ?

Une étude communale est un outil d’aide à la décision pour les élus et leurs collaborateurs. Elle constitue un préalable permettant de visualiser, de justifier ou de débattre de l’opportunité d’un aménagement.

A ce titre, elle vient étayer les responsabilités du maître d’ouvrage public définies à l’article 2, titre 1er, de la loi MOP (Maîtrise d’Ouvrage Public) du 12 juillet 1985.

Contexte et enjeux

Divers aspects de nos engagements de campagne (développement de zones constructibles, circulation et stationnement, réhabilitation du patrimoine communal, réaménagement de la place Notre-Dame, maintien et développement du tissu économique) visant à améliorer le cadre de vie de nos habitants,  nécessitent une réflexion approfondie d’un point de vue urbanistique, environnemental, de la sécurité, de l’accessibilité, de la mobilité et des déplacements….

Pour nous permettre d’aller jusqu’au bout de cette réflexion, nous avons décidé de faire appel au CAUE (Conseil d’Architecture et d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe).

Nous avons ainsi décidé lors du conseil du 21 octobre 2014 de signer une convention d’étude avec le CAUE. Celui-ci apportant son savoir-faire et mettant ses compétences et ses moyens au service de la collectivité.

Après une phase d’analyse et de diagnostic, de définition des enjeux et des objectifs, des hypothèses d’aménagement seront proposées en cohérence avec les objectifs énoncés : valorisation du patrimoine, architectural, gestion des flux, des stationnements, liaisons douces, valorisation et usages des espaces publics ; orientations pour redynamiser les commerces de la commune. Ensuite, ces hypothèses d’aménagement seront présentées dans un premier temps aux élus et dans un second temps aux personnes concernées par le ou les aménagements (population, acteurs économiques, représentants des associations etc.) dans le cadre de rencontres de proximité sous des formes qui restent aujourd’hui à déterminer (rendez-vous de voisinage, exposition, réunion d’information etc…).

Nous aurons sur cet aspect de la concertation, l’occasion d’y revenir plus longuement dans les prochains mois ! Ensuite, viendra le temps de la décision et de la planification budgétaire avec une programmation à court, moyen et long terme en fonction des enjeux de sécurité, de qualité de vie, de confort….

Durée de l’étude : premier semestre 2015,

Coût : 3000€,

Lorem velit, libero dolor amet, sem, et, Sed Donec tempus justo pulvinar